apercu-mountain

Formats d’images

GIF

 (prononciation : "jiff")
Acronyme de Graphics Interchange Format
Nombre de couleurs : 256
Transparence : oui
Animation : oui
Logo du centre Pompidou au format GIF - dessiné par Jean Widmer en 1976

Logo du centre Pom­pi­dou au for­mat GIF – des­siné par Jean Wid­mer en 1976

Planche de sprites CSS utilisée pour l'interfaçage graphique des boutons de réseaux sociaux

Planche de sprites CSS uti­li­sée pour l’interfaçage gra­phique des bou­tons de réseaux sociaux


His­toire

Com­pu­serve a pré­senté le for­mat GIF en 1987 pour rem­pla­cer le for­mat RLE qui ne per­met­tait d’afficher uni­que­ment les images en noir et blanc. L’image GIF a été très rapi­de­ment et lar­ge­ment uti­li­sée dû à son for­mat de com­pres­sion per­met­tant un télé­char­ge­ment rapide avec des connexions inter­net bas débit.

Au milieu des années 2000 (2006 – 2007), de nom­breux gra­phi­qtes se sont inté­res­sés à l’aspect low-tech des sites inter­net et ont réin­tro­duit l’usage du GIF animé comme élé­ment désuet mais iden­ti­fi­ca­teur du web des pre­mières heures. Parmi ceux-là : www.delaware.gr.jp

Usage

L’utilisation du for­mat GIF est liée à l’apparition du world wide web. Ses pro­prié­tés obligent à l’utiliser pour des images en aplat avec un très petit nombre de cou­leurs (his­to­ri­que­ment très adap­tés pour les logos, icones, élé­ments d’interfaces gra­phiques, sprites +) . Il est aujourd’hui rem­placé par le for­mat PNG. Son usage contem­po­rain se résume essen­tiel­le­ment à sa pro­priété d’animation pour des courtes séquences vidéos (plus par­ti­cu­liè­re­ment sur la pla­te­forme de blog­ging Tum­blr) extraites de films. Il per­met d’explorer les pos­si­bi­lité de la boucle et de la répé­ti­tion sur de courtes séquences animées.

Gif animé en boucle rprenant un extrait d'Eraserhead de David Lynch

Gif animé en boucle repre­nant un extrait d’Eraserhead de David Lynch

En uti­li­sant le bruit créé sur l’image com­pressé par le for­mat GIF, des gra­phistes comme Fré­dé­ric Tes­ch­ner uti­lisent le dithe­ring comme moyen de tra­mage inédit pour les docu­ments impri­més. Ce pas­sage par le tramé aléa­toire en pixel appuie l’origine numé­rique de l’image et ren­voie à son trai­te­ment dans le pro­ces­sus de création.

Catalogue de la 19e édition du festival de Chaumont réalisé par Frédéric Teschner. Image tramé en dithring.

Cata­logue de la 19e édi­tion du fes­ti­val de Chau­mont réa­lisé par Fré­dé­ric Tes­ch­ner. Image tramé en dithring.

Quelques autres usages

– Élé­ments essen­tiel du mème + sur inter­net, le GIF est le for­mat qui a accom­pa­gné les nyan­cat et autres sym­boles de la culture kawaï.

– Plus étrange, Kevin Weir pro­duit des GIF ani­més à par­tir de docu­ments his­to­riques, jouant sur la tem­po­ra­lité sous influence de cinéma de genre.

– Le motion desi­gner Mat­thew DiVito explore les pos­si­bi­li­tés de la boucle avec des gifs animés.

Expé­ri­men­ta­tions sur le motif psy­ché­dé­lique animé en boucle.

PNG

Acronyme de Portable Network Graphic.
 Nombre de couleurs : 24 / 32 bits
 Transparence : oui
 Animation : non
Icône du navigateur Firefox - le trazitement en aplat et dégradés et emblématique du format PNG

Icône du navi­ga­teur Fire­fox – le trai­te­ment en aplat et dégra­dés et emblé­ma­tique du for­mat PNG

His­toire

En 1995, après que l’algorithme de com­pres­sion du GIF a été bre­veté par Uni­sys, il deve­nait urgent de trou­ver un for­mat d’imagepour rem­pla­cer le GIF. Par ailleurs, il deve­nait urgent de trou­ver une solu­tion alter­na­tive au GIF dont le nombre de cou­leurs res­treint deve­nait de moins en moins usuel, les ordi­na­teurs per­met­tant doré­na­vant un affi­chage d’un plus grand nombre de cou­leurs. Si en théo­rie le for­mat PNG sup­porte les images en vraies cou­leurs, son algo­ruthme de com­pres­sion n’autorise pas une com­pres­sion suf­fi­sante sur ce type d’images. Le PNG ne sup­porte que les images RVB.

Usage

En digne rem­pla­çant du GIF, on uti­lise le PNG pour les images en aplat et dégra­dés (les illus­tra­tions de type vec­to­riel, les logos, icones, élé­ments d’interfaces gra­phiques, sprites +). Ayant des capa­ci­tés éten­dues par rap­port au GIF, les pro­blèmes de cré­ne­lages sur fond trans­pa­rents dis­pa­raissent avec le PNG.

JPG

Photographie de Guy Bourdin, 1984

Pho­to­gra­phie de Guy Bour­din, 1984. For­mat JPG

Acronyme de Joint Photographic Expert Group.
 Nombre de couleurs : 256
 Transparence : millions +
 Animation : non

His­toire

Le Joint Pho­to­gra­phic Experts Group est un comité d’experts qui édite des normes de com­pres­sion pour l’image fixe. La norme com­mu­né­ment appe­lée JPEG, est le résul­tat de l’évolution de tra­vaux qui ont débuté dans les années 1978 à 1980 avec les pre­miers essais en labo­ra­toire de com­pres­sion d’images. Le groupe JPEG qui a réuni une tren­taine d’experts inter­na­tio­naux, a spé­ci­fié la norme en 1991. La norme offi­cielle et défi­ni­tive a été adop­tée en 1992. Dans la pra­tique, seule la par­tie concer­nant le codage arith­mé­tique est bre­ve­tée, et par consé­quent pro­té­gée par IBM, son concepteur.

Usage

Le for­mat .jpg est le for­mat pho­to­gra­phique par excel­lence sur inter­net. Il per­met l’affichage des images en qua­lité pho­to­gra­phique sans que le fichier image soit exces­si­ve­ment lourd.

"jpg bl01" de la série de JPEGS de Thomas Ruff

jpg bl01 de la série de JPEGS de Tho­mas Ruff

En 2004, le pho­to­graphe alle­mand Tho­mas Ruff a com­mencé une série inti­tu­lée JPEGS. Issu de l’école de la Pho­to­gra­phie objec­ti­viste alle­mande, à la suite des Besher, Ruff, pour cette série, a col­lecté des images sur inter­net et les a agran­dies. Cette opé­ra­tion rend volon­tai­re­ment visible les arte­facts de com­pres­sion des images. Les sujets ren­voient à l’histoire de l’Art : pay­sage, archi­tec­ture, catas­trophes… Le dépla­ce­ment que Ruff réa­lise avec cette série traite du rap­port à la pho­to­gra­phie dans son côté quo­ti­dien, l’expérience la plus par­ta­gée de l’image. Com­ment la mul­ti­pli­ca­tion des images et leur dif­fu­sion mas­sive rend les images abs­traite et sans fondement.

0